Pour visualiser ce webdocumentaire,
Merci de tenir votre tablette en mode horizontal
Les femmes et le Nil,
une histoire intimement liée.
Elles s'appellent Nadia, Felly, Freda, Meskerem...
Leur vie s’écrit le long de ce fleuve mythique.
Où le Nil prend-il sa source ou plutôt ses sources ?
Le mystère perdure.
L'origine du Nil a toujours excité l'imagination
des conteurs et des explorateurs.
Aux sources du nil blanc Le Nil, plus long fleuve du monde, est issu de la rencontre, à Kartoum, au Soudan, du Nil Blanc et du Nil Bleu.
Le Nil Blanc prend sa source dans la région des Grands Lacs, dans le lac Victoria pour certains, et pour d’autres, plus en amont, au Burundi…
Accédez aux vidéos
KAMPALA La mégalopole Voir le diaporama
Retour
Où le Nil prend-il sa source ou plutôt ses sources ?
Le mystère perdure autour des sources du Nil. Pour les découvrir, de nombreuses expéditions ont été menées.

Le Nil est-il originaire d’une mer intérieure, des sommets d’une montagne ou d’un grand lac lointain ? Strabon (géographe, début de notre ère), Vitruve (architecte, 1er siècle av. JC) ou Pline l'Ancien (écrivain et naturaliste, 1er siècle de notre ère) suggèrent différentes pistes que les troupes Romaines tenteront d’explorer, mais sans succès.

Ptolémée, géographe grec du IIème siècle, à l’origine des premières cartes, établit une version proche de la réalité. Il suppose que des montagnes neigeuses, appelées monts de la lune, alimentent des lacs à l’origine de deux cours d’eau formant un seul flux en Abyssinie. Il faudra attendre les explorations des Anglais au XIXème siècle pour confirmer l’existence d’un Nil Blanc au pied des montagnes du Kilimandjaro et du Lac Victoria, et celle d’un Nil Bleu né du Lac Tana à 1 850 mètres dans le nord de l’Ethiopie.

Encore plus loin d’autres sources

Le lac Victoria est lui-même alimenté par une multitude de petites rivières. Le Nil aurait une source encore plus éloignée de son embouchure. Partir à la recherche de cette source est devenue une quête du Graal pour de nombreux explorateurs. En 1937, le Docteur Burkhart Waldecker découvre une source au Burundi, à côté de la commune de Rutovu. C’est la source la plus méridionale du Nil.

Placé au cœur de la Vallée du Rift, le Nil Blanc fournit environ 20% du débit du fleuve Nil qui se forme à Khartoum à la confluence avec le Nil Bleu en provenance d’Ethiopie.
A sa naissance au Lac Tana, en Ethiopie,
le Nil porte le nom de Nil Bleu.
Étrange dénomination alors que les eaux du fleuve s'obscurcissent en emportant dans son lit le limon noir si utile aux agriculteurs.
Aux sources du Nil Bleu L’affluent éthiopien du Nil s’appelle le Nil Bleu.
Il a jadis fait la richesse du royaume d'Aksoum et entretient tous les espoirs de développement de l'Ethiopie d'aujourd'hui. Mais à quel prix ? Le futur barrage de la Renaissance va entraîner des déplacements de populations et bouleverser la vie des habitants et des habitantes du fleuve.
Accédez aux vidéos
KAMPALA La mégalopole Voir le diaporama
Retour
Le Nil : au cœur de la renaissance de l’Ethiopie
La famine des années 80 semble appartenir au passé. L’Ethiopie affiche aujourd’hui une croissance insolente et compte profiter de la richesse du Nil.

L'Ethiopie, dont l'image reste marquée par la terrible famine du début des années 80, n'est plus la même aujourd'hui. Lion de l'Afrique, le pays connaît depuis 10 ans, une croissance économique régulière de près de 10%, l'une des plus fortes du continent. Pour continuer dans cette voie, le gouvernement a annoncé un grand plan de développement de ses infrastructures au cours des cinq prochaines années. Au cœur de ces chantiers de construction, l’exploitation de son potentiel hydro-électrique. Un ouvrage stratégique, le barrage de la Renaissance, est appelé à bouleverser la gestion des eaux du Nil. L’Egypte voit le projet comme une menace. Le Nil Bleu, qui prend sa source au Lac Tana au nord de l’Ethiopie est, en effet, le bras le plus généreux du Nil. Il fournit 80% de l’eau qui abreuve le pays des pharaons.

La domination égyptienne sur le Nil menacée

Le Nil bleu éthiopien prend sa source au Lac Tana. C’est le bras le plus généreux du Nil. Il fournit 80% de l’eau qui abreuve les pays en aval.

Une convention datant de 1959 octroie à l’Egypte et au Soudan le droit d’utiliser la quasi-totalité des eaux du Nil. L’Ethiopie n’est, à l’époque, même pas citée. Cinquante ans plus tard, le pays réclame sa part. En 2010, un accord de coopération est signé à Entebbe. Six pays (Ouganda, Kenya, Burundi, Rwanda, Tanzanie et Ethiopie) sur les 11 du bassin du Nil ont aujourd’hui signé cet accord qui remet en question les quotas historiques. Le Soudan et surtout l’Egypte y sont farouchement opposés. En lançant, en 2011, la construction du barrage de la Renaissance, l’Ethiopie affirme sa volonté de tirer profit de sa ressource.

Selon l’historien grec Hérodote (Vème siècle avant JC), « L'Egypte est un don du Nil ». Le restera-t-il encore longtemps ? Fiers et impatients d’exploiter cette ressource, les Éthiopiens attendent l’arrivée du barrage comme une promesse de développement économique. Ils espèrent également jouer ainsi un nouveau rôle politique dans la région.
La Nubie est une région qui s’étendait du Nord du Soudan au Sud de l’Egypte. 100 000 Nubiens sont déplacés en 1963-1964, suite à la construction du barrage d'Assouan. Ils emportent avec eux près de 4 000 ans d’histoire et de traditions.
Ancienne Nubie L’ancienne Nubie n’existe plus aujourd’hui en tant que pays. Cette terre de légende s’étendait de Khartoum, la capitale actuelle du Soudan, jusqu’à Assouan au sud de l’Egypte. Son sous-sol riche en or a longtemps attisé les convoitises. Accédez aux vidéos
KAMPALA La mégalopole Voir le diaporama
Retour
L’ancienne Nubie ou le « pays de l’or »
Située en Haute Egypte, la nation Nubienne, autrefois puissante et riche, a été engloutie lors de la construction du barrage d’Assouan. Avec elle, a disparu une partie du patrimoine nubien.

L’histoire des Nubiens remonte au paléolithique. L’ancienne Nubie s’étendait de Khartoum (Soudan) jusqu’à Éléphantine, l’île située avant le Haut Barrage d’Assouan (Egypte). Cette région aride est traversée de six cataractes, des étranglements rocheux qui transforment l’eau en rapides difficilement navigables. Elle tirerait son nom de « noub » qui en langue pharaonique signifiait « or ». Le métal précieux abondait alors dans le sous-sol de l'ancienne Nubie.

Dans l'Antiquité, plusieurs femmes ont régné sur ce royaume désertique, sous le titre de candace « reine » en kouchitique. La plus célèbre est Amanishakhéto qui, en 20 avant Jésus Christ, a mené une offensive contre les légions romaines d'Egypte.

100 000 déplacés dans les années 60

Les héritiers de cette tradition ont été 100 000 à être déplacés au début des années 60 pour la construction du barrage d'Assouan. Engloutie sous les eaux du Lac Nasser, né du barrage, la culture de la Nubie antique et la mémoire de ces reines guerrières sont en partie sauvegardées dans le musée d'Assouan.

Les Nubiens d’Égypte ont été relogés à Kôm Ombo et à Esna au Nord d’Assouan. Des 100 000 déplacés, certains ont choisi des années plus tard de revenir sur la terre de leurs ancêtres. C'est le cas de Haïcha Osman, une jeune agricultrice qui s'est réinstallée près d'Abou Simbel.
C’est au bout de sa course
que le fleuve est le plus généreux.
Le Delta du Nil, véritable oasis fertile aux portes du désert,
nourrit depuis toujours les Egyptiens.
Delta du Nil Le Delta du Nil est le grenier de l’Egypte : plus de 40% de la production agricole y poussent et deux tiers des Egyptiens y vivent.
Mais le Delta est aujourd'hui menacé par le réchauffement climatique et par le partage des eaux avec les pays en amont du fleuve. Un bouleversement inédit dans l'Histoire du Nil et des Égyptiens.
Accédez aux vidéos
KAMPALA La mégalopole Voir le diaporama
Retour
Le Delta du Nil : grenier de l’Egypte
Depuis l’Antiquité, le Nil est une richesse pour l’Egypte. Pourtant, aujourd’hui, la domination du pays sur le fleuve est remise en cause.

« L’Égypte est un don du Nil » disait Hérodote au Vème siècle avant notre ère. Dans l'Antiquité, les cérémonies religieuses et la vie s'organisaient au rythme des crues. C’est aussi le long du Nil que le berceau de Moïse est retrouvé et que l’enfant est sauvé selon la Bible.

Aujourd'hui rien n'a changé. Si le Nil contemporain est dompté, ses rives sont toujours cette ligne de vie qui traverse l’Égypte, où vit 95% de la population égyptienne. Le fleuve couvre la quasi-totalité des besoins en eau du pays.

Le réveil des pays en amont

Située dans la dernière partie du Nil, l’Égypte a toujours cherché à protéger ses ressources en eau. Les colons britanniques ont imposé un partage du fleuve avantageux pour les Égyptiens… En 1959, un traité accorde presque la totalité de cette ressource au Soudan et à l’Égypte, en oubliant de mentionner l’Éthiopie.

La construction du Barrage d’Assouan en 1971 est un moyen pour l’Égypte d’asseoir son contrôle des eaux et de dominer les crues impétueuses du Nil.

Mais la géopolitique du Nil est en plein changement. Les pays en amont comptent sur l'eau du fleuve pour développer leur potentiel agricole, menaçant les ressources en eaux de l’Égypte. En 1999, l’initiative du Bassin du Nil est créée. Mais le dialogue entre les 11 pays se partageant le Nil est difficile. En 2010, un accord de coopération est signé à Entebbe. Il remet en cause la domination de l’Egypte sur les eaux du Nil.

Autre menace pour le pays des pharaons, si la mer monte d'un mètre dans les 30 prochaines années, à cause du réchauffement climatique, 6 millions d'habitants du Delta pourraient être déplacés. L'infiltration d'eau salée dans cette région pose déjà des problèmes aux agriculteurs.
Janet
Freda
FELLY
Felly vit de la pêche au Lac Albert. Depuis quelques années, du pétrole a été découvert sous et au bord du lac. Felly s'inquiète des changements à venir mais espère retirer des contreparties. Son plus grand souhait : avoir accès à l'eau du robinet.
Aux sources du nil blanc